Transformer le remblai

transformera

Lorsque les membres ont décompacté l’ensemble de la parcelle allouée par la Ville de Paris, ils furent surpris par la qualité de la terre, à savoir qu’ils éliminèrent des éléments tels que des morceaux de polystyrène, des déchets métalliques ( capsules, cannettes,…).

Partant, l’Association a sollicité une seconde visite de la Main Verte pour constater ce fait et recueillir des données sur l’origine de cette terre. Après la réunion du 13 avril, il lui a été communiqué que la couverture minérale de la dalle du parking souterrain qui constitue la quasi totalité de l’assiette foncière du jardin partagé, avait été fournie, non pas par les services de la Ville, mais par l’Entreprise responsable du chantier de construction, à l’issue du contentieux qui l’opposait au maître d’ouvrage sur l’étanchéité de la dalle.

En conséquence, les membres ont décidé de solliciter une nouvelle analyse du sol et un complément de terre pour amender d’une façon satisfaisante la qualité de la terre de remblai, initialement répandue par l’Entreprise.

Un apport de cinq m3 a été livré très tôt le matin du 28 avril. Sans aucun outil de manutention, cet apport fut répandu sur la totalité de l’emprise foncière du jardin, à l’aide de sacs résistants transmis de mains en mains. Pendant que des membres acheminaient cet apport, d’autres le mélangeaient à la terre de remblai sur une vingtaine de centimètres. Dans la bonne humeur, cette mobilisation collective a permis d’achever cet amendement général en une journée.

transformera2

FGFD

Publicités